L'Agrégation, un Bulletin «exigeant» ...des corrections

 

 

 

Parmi les assertions sans preuves qui, selon l'actuelle Présidente de la Société, suffisent à composer son Rapport moral, on découvre celle-ci :

«Le Bulletin a été modernisé dans sa forme tout en conservant un contenu exigeant».

 

Questions d'esthétique :

 

Je ne parle pas ici de la «forme». Je veux croire, parce que je ne peux que le croire -faute de pouvoir le vérifier- que les 18650€ versés en 2013 à une Graphiste spécialiste de l'identité visuelle ont payé autre chose que les changements de couleurs de la couverture.

 

Subterfuges :

 

Je ne parle pas non plus de la ligne éditoriale par laquelle l'actuelle Présidente, à la suite de M. LÉOST, détourne la revue L'Agrégation, pourtant Bulletin Officiel de la Société des Agrégés de l'Université de sa fonction statutaire, en y épandant de prétentieux conseils de lecture au lieu d'y soumettre au jugement des Sociétaires des analyses indépendantes et sérieuses des décisions ou projets officiels. À ce propos, je dénonce avec indignation la présentation faite dans le n° 468 de la question des programmes scolaires. Les Sociétaires ne sont pas des enfants, mais des sujets majeurs, auxquels de plus, en leur qualité d'associés,  la Présidence de l'Association doit rendre des comptes. Or Mme SCHMITT-LOCHMANN, pour mieux esquiver la discussion interne indispensable sur «ce que devraient être les programmes scolaires et la formation des professeurs»,  et pour mieux empêcher la Société des agrégés de se prononcer sur cette question, finance trois pages (les pages 25 à 27) de L'Agrégation  dans lesquelles M. LÉOST, on ne sait pourquoi, nous prend à témoins de ses émois à la lecture d'André Maurois. Mais elle n'a garde d'attribuer plus d'un demi-tiers de page à l'adoption, qui sera pourtant décisive pour notre situation de professeurs, de la Charte des Programmes, et elle en propose même une présentation engageante, en soulignant d'entrée que cette Charte a été adoptée «Conformément au décret du 24 juillet 2013 [...]».

J'estime au contraire que notre Association se doit de faire preuve d'une vigilance de tous les instants, qu'elle se doit d'analyser et de combattre -s'il le faut- dans sa revue chaque disposition de chaque projet officiel, à temps pour exercer une dissuasion sur les ennemis de l'Agrégation. Dans ce rôle le Bulletin est irremplaçable. Le Bulletin n'a pas pour rôle de permettre à un Sociétaire quel qu'il soit de dispenser par privilège de beaux discours relevant d'un tutorat pédagogique et moral. Il n'a pas pour rôle de faire diversion pendant que le Ministère menace la pérennité du concours actuel de l'agrégation. Je remarque que le Ministère vient de le faire ce 20 mai 2014 en supprimant les bourses d'agrégation, dont nous devrons obtenir le rétablissement.

 

Subterfuges et mensonges :

 

Notre revue L'Agrégation a -hélas!- depuis maintenant huit ans donné de multiples exemples des subterfuges par lesquels M. LÉOST puis Mme SCHMITT-LOCHMANN ont fait diversion, et tenté de détourner l'attention des Sociétaires des dangers réels que comportent les projets officiels. Il doit être mis fin à ces subterfuges, comme il doit être mis fin aux multiples mensonges délibérés dont je donne, et continuerai de donner, les preuves dans les articles proposés à la lecture sur le présent site.

 

Négligences coupables :

 

Mais l'effondrement du niveau de rigueur éditoriale dans notre revue est devenu tel que les Sociétaires sont maintenant invités à placer leur confiance, non pas dans les informations sûres qui faisaient la réputation de notre revue L'Agrégation, mais dans des inexactitudes d'autant plus nuisibles qu'elles se présentent comme des  informations sûres reprises de textes officiels. Or les textes officiels sont disponibles. Les inexactitudes publiées dans L'Agrégation ne peuvent donc avoir d'autre cause que la négligence du Bureau actuel de la Société, qui préfère se faire confiance plutôt que de vérifier humblement, et qui ainsi se dispense de se reporter à des textes  qui  de son propre aveu comportent des conséquences.

Dans le n° 465 de L'Agrégation, page 12, sous le titre Encourager les recherches des agrégés : des textes aujourd'hui insuffisants, on lit par exemple que la Note de service n°85-295 du 22 août 1985 (que nous connaissons tous sous le nom de «Note de service Chevènement») serait un texte insuffisant, et qu'il conviendrait de le compléter, parce que, selon l'auteur de cette «information», «le texte concerne les étudiants lors de leur année de DEA [mais qu']il faudrait aujourd'hui prendre des mesures en faveur des travaux de thèse». À sa page 32, le n° 466 nomme le propagateur de cette affirmation : «Jean-Michel LÉOST signale qu'il faudrait demander la réactualisation de la circulaire (sic) Chevènement de 1985».

Le problème vient de ce que cette affirmation est fausse, car comme le confirment sans aucun doute possible les termes de la «Note de Service Chevènement», les dispositions de ce texte -fort heureusement toujours en vigueur- s'appliquent aux enseignants en poste dans des établissements scolaires et qui entreprennent ou poursuivent une recherche universitaire «en vue de l'obtention d'un doctorat». Incurie? Incompétence? Irresponsabilité? Le Bureau s'associa à M. LÉOST en proposant au Comité du 24 novembre 2013 un projet de voeu qui demandait : «que la note de service n°85-295 du 22 août 1985 donnant consigne aux proviseurs de veiller à attribuer aux agrégés qui en font la demande des emplois du temps compatibles avec la poursuite de recherche de DEA soit réactualisée pour prendre en compte les études doctorales».

Je souligne que le résumé ici donné par le Bureau de la note de service qu'il prétendait réformer est intégralement faux. Comme permet de le constater la note de service reproduite ci-dessous, les consignes ministérielles ne s'adressent pas seulement, sous couvert des recteurs, aux proviseurs mais à tous les chefs d'établissement. Elles ne concernent pas les seuls agrégés mais tous les enseignants engagés dans des activités de recherche. Les aménagements horaires qu'elles autorisent ne sont nullement réservés aux enseignants inscrits en DEA. Tous les enseignants engagés dans un travail de recherche universitaire en vue de l'obtention d'un doctorat peuvent en bénéficier.

Sans les interventions de deux membres du Comité, ce 24 novembre 2013, la Société des agrégés se serait donné le ridicule de réclamer que le texte en cause soit complété pour y inclure ce qui y figure déjà.

 

La simple  exactitude des informations qui sont publiées dans la revue L'Agrégation fournit aux Sociétaires un moyen essentiel de leur défense. Quelle confiance pourrait encore faire à son Bulletin un Sociétaire qui aurait constaté, ne serait-ce qu'une seule fois, que ce Bulletin affirme n'importe quoi ?

 

La sûreté des informations qui figurent dans la revue L'Agrégation contribue à faire reconnaître, dans le monde de l'Enseignement, la valeur du concours de l'agrégation et celle de ses lauréats. Lorsqu'en 1998, le Ministre Claude ALLÈGRE annonça son intention de supprimer l'unique mise à disposition accordée depuis plus de trente ans à notre Association, les témoignages spontanés, antérieurs à ces événements, que notre Société put réunir sur la qualité de la revue L'Agrégation contribuèrent à conjurer le risque de la décision ministérielle.

 

La Présidente actuelle se plaint de devoir «restaurer la crédibilité de notre Société».

À qui la faute ? À de prétendus «extrémistes» qu'elle préfère insulter plutôt que de s'interroger sur ses responsabilités et celles de son Bureau ? Ou bien à une Présidente et un Bureau que  leur négligence habituelle suffit à discréditer, non sans porter tort par là-même aux professeurs qu'ils veulent représenter ?

 

 

Pierre BLAZEVIC

Sont reproduits ci-après; deux extraits de la revue L'Agrégation, le texte du projet de voeu soumis par le Bureau au Comité du 24 novembre 2013 ainsi que la note de service de Monsieur CHEVÈNEMENT.

 


 

1) L'Agrégation n° 465 page 12

 

 

2) L'Agrégation n° 466 page 32

 

 

3) Projet de voeu soumis par le Bureau au Comité du 24 novembre 2013

 

 

4) Note de service de Monsieur Jean-Pierre CHEVÈNEMENT

 

 

 

5) Lettre de Monsieur Bernard DECOMPS, directeur de l'École Normale Supérieure de Cachan

 

 

 

 

 

 


  

 

Nouvelles de la campagne

Nos candidats, notre programme

Liens utiles

Si vous voulez être tenu informé de tous les enjeux de la campagne, consultez régulièrement ce site.

Si vous souhaitez être ajouté à notre liste de contacts écrivez à: pierre.blazevic(at)uvsq.fr